Musiques !

Comment ai-je prêté l’oreille pour la première fois au Brésil musical ? À vrai dire, je ne suis sûr de rien. Je ne suis même pas tout à fait certain quant au premier disque que j’ai acheté. Disons d’abord que tout a sans doute commencé le soir où j’ai découvert la langue portugaise, quelques kilomètres après avoir franchi la frontière entre l’Espagne — un pays qui m’était familier — et le Portugal. 

Nous étions six dans une estafette, en route pour Lisbonne où nous comptions bien faire notre révolution. Un an après avoir mis fin au fascisme, les soldats portugais continuaient à sillonner les rues où ils étaient accueillis en héros. Chaque jour, tout semblait possible, le pire ou le meilleur. Nous étions six et nous nous étions arrêtés dans une sorte de camping où nous avions fait connaissance avec les premiers Portugais en ébullition. La langue m’avait très étonné, si différente de l’espagnol — le castillan, en fait — dans ses tonalités .

Et puis, quelques semaines plus tard, alors que nous avions échoué à Alcochete, sur la rive du Tage face à Lisbonne, nous avions rencontré quelques jeunes avec qui nous avions sympathisé. Artur nous avait invités chez lui et nous avions écouté Tanto Mar de Chico Buarque, en nous mettant tous à rêver à une contagion de la révolution portugaise de l’autre côté de l’Atlantique. 


En attendant la suite, je vous invite à lire les épisodes du feuilleton Ho-ba-la-lá, accessible ici ou les billets tagués Musique accessibles là.

* * *

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...