23 mai 2011

Rabbit Hole

Le Brésil n’échappe pas à cette malédiction qui veut que la traduction des titres de films tient plus de l’humeur d’un distributeur que d’une négociation raisonnable, pour reprendre l’approche de la traduction que développe Umberto Eco dans Dire quasi la stessa cosa. Ainsi de Rabbit Hole (Terrier, en français) devenu, par un tour de passe-passe dont est sorti du chapeau le lapin, Reencontrando A Felicidade (Retrouvant le bonheur, littéralement).

Cela étant dit, cela ne gâche pas ce film d’une extrême pudeur, loin des blockbusters hollywoodiens forgés à grands coups d’effets spéciaux et de musiques tonitruantes.

Ici, c’est une musique délicate que nous fait entendre le réalisateur John Cameron Mitchell, qui a aussi le mérite de mettre d’autant mieux en relief les prises de bec qui opposent les personnages interprétés par Nicole Kidman et Aaron Eckhart.

Ciel nuageux au-dessus de Vitória.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...