13 août 2011

La trouille, la puanteur, la haine

La trouille. Il a la trouille, Robert Zoellick, le président de la Banque mondiale. Et il n’est pas le seul. La rapacité sans limite des vautours du monde de la finance leur fout maintenant la trouille ! Juste retour des choses, dira-t-on, sauf que ceux qui vont payer le prix fort sont les plus démunis, les chômeurs, les retraités, les ouvriers, tous ceux dont l’emploi est menacé par la récession qui s’annonce. PIB en recul de 6,9% en Grèce, c’est dire si le remède de cheval produit ses effets : moins de recettes fiscales (déjà rognées par la fraude), plus de dettes, le cercle vicieux s’accélère.

En Italie, Berlusconi s’apprêterait à taxer les plus riches. C’est dire si la situation est grave. Et puis, je demande à voir. Avec David Cameron, il prône un rapprochement des politiques fiscales au sein de l’Union européenne. Dans quel sens ? Wait and see !

Parlons un peu de la Finlande, pour changer. Un sondage donne l’extrême-droite favorite des prochaines élections, une extrême-droite dont certains leaders partagent sans fard les idées du collègue norvégien, le trop fameux Anders Behring Breivik qui, lui-même, renvoyait dans son manifeste l’ascenseur aux amis finlandais. Ça commence à puer sérieusement du côté de l’Europe du nord. Ils peuvent être fiers les libéraux qui ont détruit la social-démocratie scandinave.

La trouille, donc. La trouille, il n’y a pas pire conseillère. Les têtes tournent, des idées folles y trouvent écho. La haine est là, la haine passe d’une tête à l’autre. Eh, réveillez-vous, retrouvez votre sang froid ! Et relisez les leçons du passé, revoyez les films sur les années noires ! Les documents ne manquent pas. Les peuples ont la mémoire courte, disait l’autre. Il va falloir les aider à retrouver la mémoire, nom de Dieu.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...