25 août 2017

De plus en plus rarement

J'ai de moins en moins envie d'écrire sur le Brésil, tant ce pays est devenu désespérant. Il fut un temps où j'étais passionné par la culture brésilienne, en premier lieu sa musique et sa littérature. Rencontrer deux fois Jorge Amado à Paris, ou nombre de musiciens parmi les plus mythiques, de passage à Vitoria, grâce à notre amie Lena Signorelli, avaient été des moments forts de ma vie là-bas.

Même la politique m'avait intéressé, grâce à Lula et aux avancées qu'il avait permises. Maintenant, avec Temer le pays effectue le plus grand bond en arrière de son histoire, au-delà des pires craintes que l'on pouvait redouter.

Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles. Et le peuple, toujours plus aliéné dans sa large majorité, s'en contrefout, tant qu'il y a de la bière qui coule. Ainsi va le Brésil dans le peloton de tête des pays courant à leur perte. En éclaireur, sans doute, du reste du monde, guère plus clairvoyant. Qu'on en finisse au plus vite avec l'espèce humaine et qu'on laisse une chance à la vie sur cette planète qui avait tant à nous offrir !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...