16 septembre 2018

Lettre ouverte à M. Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon



Monsieur le Maire,

Tout d’abord, permettez-moi, Monsieur le Maire, de vous féliciter et vous remercier pour l’éclatant succès du festival Livres dans la boucle, que vous et vos équipes ont rendu possible grâce à votre engagement au service de la culture.

Toutefois, laissez-moi vous signaler le besoin, en vue de la prochaine édition que mon épouse et moi attendons déjà, d’apporter quelques améliorations. En premier lieu, il s’agit, et c’est une absolue nécessité, de rechercher une meilleure adéquation entre les désirs des participants, auteurs et lecteurs, et la capacité d’accueil des différentes salles où sont organisées les conférences. A titre d’exemple, je tiens à faire remarquer qu’il est inadmissible qu’une présentation du travail du président du festival – cette année, Philippe Claudel – ait lieu dans la minuscule salle de la maison natale de Victor Hugo. Comment ne pas s’indigner quand 500 personnes se présentent et que seules 60 d’entre elles peuvent entrer ! Certes, intervenir sous les mânes de notre grand ancêtre, Victor Hugo, constitue sans nul doute un honneur, mais il est insupportable de laisser sur le carreau autant de lecteurs et spectateurs frustrés. N’y a-t-il pas le moyen d’utiliser d’autres salles, telles que le Kursaal et le Petit Kursaal, voire des amphithéâtres des quelques facultés sises dans la boucle ? Ou d’autres espaces encore dont j’ignore peut-être l’existence ?

A cet égard, l’utilisation cette année de l’auditorium du Conservatoire à la Cité des arts s’est révélée être une heureuse initiative. Sur ce dernier point, je dois malgré tout vous signaler un très regrettable incident. Le vendredi, alors qu’avant le début, à 18h, du remarquable concert d’Eric Tanguy en présence de Michel Onfray, nous tentions d’obtenir auprès de l’accueil des informations quant au moyen d’obtenir des places pour la lecture des extraits du dernier roman de Philippe Claudel par l’auteur et la comédienne de grand talent Clotilde Courau, lecture se déroulant dans le même auditorium à 20h30, il nous a été répondu que l’on ne devait pas mélanger, je cite, les torchons et les serviettes, compte tenu que ces dames et messieurs de l’accueil ne travaillaient que pour la musique. Qui étaient respectivement les torchons et les serviettes, je l’ignore et je ne veux pas le savoir. J’ajouterai que, ayant eu, pour les besoins de mon travail, à me rendre dans une cinquantaine de pays, il n’y a malheureusement qu’en France qu’on s’entend répondre pareilles âneries… Si cela n’avait déçu que moi, cela ne serait rien, mais j’ai eu l’occasion ce soir-là d’entendre les mêmes récriminations de la part de nombreux candidats spectateurs, dont des Suisses et aussi un visiteur belge.

Je ne doute pas, Monsieur le Maire, que vous saurez trouver d’ici septembre 2019 des réponses satisfaisantes aux impératifs qu’exige un si bel événement que les Livres dans la boucle.

Par avance, je vous remercie pour les efforts que, je le sais, vous et vos équipes ne manqueront pas d’entreprendre pour porter encore plus haut le succès du festival, et vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, mes salutations distinguées.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus ;
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire" ;
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL ;
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien "S'abonner par e-mail", être assuré d'être avisé en cas d'une réponse ;
4) Cliquer sur Publier enfin.

Et parce que vos commentaires nous intéressent, merci de prendre la peine de nous faire part de vos opinions et de compléter ce billet par vos informations !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...