17 février 2006

Pièces détachées

Selon le New York Times de ce jour, une entreprise chinoise du groupe Lifan envisagerait de racheter une chaîne de montage automobile utilisée par DaimlerChrysler et BMW à Campo Largo dans le Paraná, afin de la démonter et la transporter en pièces détachées jusqu’à Chongqing. Pour recycler l’acier récupéré en lingots et tôles, libre d’amiante il va sans dire, et les stocker, tels des Vénitiens d’aujourd’hui, en vue d’accélérer encore la spéculation sur le cours de cette matière ? Je plaisantais, bien entendu. L’objectif, vous vous en doutiez, est tout bonnement de se doter d’une usine pourvue des toutes dernières technologies qui leur permettrait, je cite, de surpasser les fabricants coréens, et d’égaler ceux du Japon, d’Allemagne ou des Etats-Unis, en particulier s’agissant des modèles les moins gourmands en carburant.
On se souvient qu’il y a quelques mois, lors de la première apparition de voitures chinoises dans les salons de l’automobile en Europe, les experts nous avaient rassuré : ce n’était pas demain, ni même après-demain, que les Chinois rivaliseraient avec les Français et les Allemands. Rien n’a encore été signé entre Lifan et BMW DaimlerChrysler, et rien ne garantit que cela se fera. Mais au moins nous sommes prévenus, les Chinois ne sont pas disposés à patienter. Nous en verrons les signes, sans doute plus vite que ne le craignaient les leaders d’aujourd’hui.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...