24 février 2006

Walter Altmann

En ces temps où musulmans et chrétiens s’étripent au Nigéria et où chiites et sunnites s’entre-tuent en Irak, j’avais oublié que des hommes s’efforçaient de maintenir, voire d’approfondir, le dialogue entre leurs religions.

L’Agence de Presse Internationale Catholique (APIC) nous rappelle fort à propos que ce dialogue se poursuit, à l’occasion de la neuvième assemblée du Conseil Oecuménique des Eglises qui vient de se tenir à Porto Alegre, décidément une ville de rencontres internationales.

Un nouveau président vient d’être élu. Il s’agit du pasteur Walter Altmann, un théologien luthérien du Brésil, qui succède au catholicos Aram 1er, de l'Eglise apostolique arménienne, qui occupait ce poste depuis 1991.

Walter Altmann a été un de ces jeunes théologiens luthériens qui se sont employés à persuader leurs Eglises de s'engager plus activement dans le domaine social et la défense des droits de la personne durant la dictature militaire, nous dit l’APIC. La théologie de la libération n’a donc pas concerné que l’Eglise catholique.

Si cette élection donne un peu de visibilité au protestantisme brésilien, elle ne doit cependant pas masquer le fait majeur de l’évolution religieuse locale : la conversion de fidèles catholiques de plus en plus nombreux aux dogmes des mouvement évangélistes qui ne se rattachent au protestantisme que de très loin. Des évangélistes en bien des points plus proches des intégristes de tout poil, surtout soucieux, derrière l’appel à la rigueur, de capter auprès des plus pauvres des sommes d’argent de plus en plus importantes, mises au service d’objectifs souvent douteux.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...