10 mars 2006

Merecer

La première fois que j’ai remarqué l’expression « Você merece » dans la bouche d’un copain brésilien, c’était en France, il y a bien longtemps. Je venais d’acheter une nouvelle voiture et, la voyant, il m’avait dit : « Você merece ». Traduction : « Tu le mérites ». Je le méritais sans doute, puisqu’il me le disait.

Le fait est que jamais aucun Français ne m’avait gratifié jusque là d’un « Tu le mérites », lorsque je m’étais fait plaisir en m’offrant une voiture ou quoi que ce soit d’autre. Dans l’expression française, où l’objet du mérite est indéfini, l’assez courante « Tu l’as bien mérité », l’objet prend une valeur négative, comme si, par défaut, l’on mérite une sanction plutôt qu’une récompense.

Au Brésil, en écoutant les conversations, il ne passe pas un jour sans que je surprenne un « Você merece » chargé d’un sens positif. Cette différence dans l’emploi de ce verbe nous dit-elle quelque chose sur une différence de mentalités. Sans oser l’affirmer, je le présume. Ainsi le Français exprimerait-il volontiers son esprit critique et son manque de générosité, tandis que le Brésilien serait plus enclin à l’encouragement et l’empathie.

Issus du latin merere, les verbes merecer et mériter introduisaient à l’origine une récompense, un gain. C’est encore le cas aujourd’hui en portugais où merecer n’introduit jamais une sanction. Dans un emploi vieilli, l’expression « Il a bien mérité de » possédait une connotation positive. Ce serait donc au cours du temps que la charge attachée à ce verbe par défaut aurait en France basculé du positif au négatif.

Ce que j’observe de la France m’incite à penser que l’esprit critique y vire à l’aigreur et le manque de générosité à la mesquinerie. Je doute que ce soit le meilleur moyen de sortir de la crise dans laquelle elle est enfoncée.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...