08 février 2007

Chocolate

Le climax du Carnaval sera pour les jours prochains, ces vendredi et samedi à Vitória, la semaine suivante à Rio. Cependant, malgré les pluies incessantes, le climat du Carnaval s’est installé, a pris possession des esprits et des corps depuis le début des vacances d’été. C’est le temps des fêtes en tout genre, des ensaios, des concerts. Hier soir, Marisa Monte faisait étape à Vitória.

Voix surgie du néant selon une métaphore génésiaque qui sera filée jusqu’au bout, la première chanson nous est offerte dans le noir, avant que ne soit révélé le dispositif scénique, simple et astucieux, de caissons et d’écrans coulissant sur des rails. Les dix musiciens sont disposés selon une géométrie inhabituelle : les percussions au premier plan, puis les claviers, les cordes et Marisa au fond.


Une chanson dédiée au bonheur d’être seul, condition sine qua non de vivre ensuite le bonheur à deux. Viendra plus tard Desilusão : douze ans déjà que le public l’a sur les lèvres. Les climats changent, allers et retours entre rock et samba. On se rappelle que Marisa reprenait le Velvet Underground et Paulinho da Viola, travaillait avec Arto Lindsay et Philip Glass.


Au dernier rappel, soudain seule, Marisa entame a capella une dernière chanson. Et, à la faveur du noir originel revenu, s’éclipse pour nous laisser le soin de conclure — en beauté, disons-le sans fausse modestie — le show.


À une heure du matin, enfin libérés des embouteillages, nous roulons vers Jardim da Penha, le coeur et le ventre légers, animés d’une envie de bières et de picanha à la terrasse d’un restaurant. Puis, nous faisons un détour par l’appartement de Ca. pour boire quelques derniers verres. Les premières lueurs du jour éclairent la grande baie vitrée quand E. se rappelle qu’elle prend son service à sept heures.


Rentré chez moi, je jette un oeil à Bom Dia Brasil en buvant un café. Renata Vasconcelos a laissé son Renato dans les studios de Rio. Elle nous sourit et nous parle de São Luís — notre Saint Louis rendant la justice sous un chêne, si, si — pour nous mettre les couleurs d’autres carnavals plein les yeux. Un carnavalesco lui explique que les costumes des 26 blocos sont inspirés des carnavals d’Italie, d’Espagne, du Portugal et de France. A-t-il voulu dire de Belgique ? Je viens d’apercevoir un Gille de Binche.


— Avec des oranges ? me demandera le ch’timi avec qui je wi-fi-skyperai depuis l’aéroport.

— Avec des oranges dans un panier en osier.


Est-ce que je l’ai vu ou est-ce que je l’ai rêvé ? Il n’y a pas de réponses à ce genre de questions pendant Carnaval.

---------------------


Ensaio
: répétition
Picanha
: morceau de boeuf, généralement cuit à la broche
Carnavalesco
: responsable d’une école de samba ou d’un bloco
Bloco
: groupe de danseurs costumés
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...