08 février 2007

Un petit noir argentin

Selon une étude de l’Embrapa citée par Reuters, le café brésilien risque de laisser la place à un futur café argentin. Une augmentation des températures de 3 degrés provoquerait la diminution de 60% de la production d’arabica au Brésil, actuel premier producteur mondial.

Les plants de café arabica « émigreraient » plus au Sud, jusqu’en Argentine.

Comme son nom international le laisse supposer, le robusta, appelé conilon au Brésil, résisterait mieux.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...