29 avril 2007

Mon école au Canada

Il y a 35 ans — c’était pendant la dictature militaire — le Brésil recevait l’aide de ses meilleurs amis, les États-Unis et... le Canada. C’est au nom de cette belle amitié et de la lutte contre le communisme que Cariacica, à la périphérie de Vitória, s’est vu offert une école. La générosité avait toutefois ses limites, les Brésiliens ne pouvaient pas se montrer difficiles quant à l’architecture du bâtiment. D’où des toits pentus pour mieux évacuer la neige, des murs sans fenêtre pour mieux se protéger du froid. Et si les radiateurs n’étaient pas fournis, c’était uniquement pour faire des économies.

Cette école existe toujours, dans une ville dont la population a décuplé. Comme dans la plupart des écoles publiques du Brésil, la maintenance laisse à désirer. Les cours sont annulés lorsqu’il pleut dans les classes.

Cette école est connue comme la canadienne, même s’ils sont rares aujourd’hui à pouvoir en expliquer le nom. À celui qui m’en a raconté l’histoire et qui m’annonçait qu’elle allait être reconstruite selon les normes brésiliennes, je ne me suis pas privé de lui rapporter que présentement il pleut aussi dans les écoles publiques du Canada, au point que la télévision québécoise s’en est émue cette semaine.

De là à dire que, dans 35 ans, les Brésiliens offriront des brésiliennes au Canada...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...