27 avril 2007

Bourreaux de travail

Dix-huit entrepreneurs capixabas du secteur textile ont visité la foire de Canton et un peu plus, pour voir de plus près leurs concurrents. Leurs bourreaux, a même dit l’un d’eux.

Qu’ont-ils vu ? Quelle leçon en ont-ils tiré ? L’un deux, Paulo Vieira, patron de Miss Bella, résume ses impressions de voyage par cette formule : « La différence, c’est que les Chinois vivent pour travailler et que les Brésiliens travaillent pour vivre. Leur discipline est impressionnante. » Fallait-il parcourir quarante mille kilomètres aller retour pour arriver à cette conclusion ?

À leur retour, le gouvernement brésilien leur a annoncé une bonne nouvelle : la hausse de la taxe d’importation sur les textiles, la confection et les chaussures en provenance de Chine, à hauteur de 35%, jusqu’en 2009.

En 2010, les Chinois seront-ils toujours aussi disciplinés ? Un sondage, effectué dans 18 pays pour le compte de l’université du Maryland, montre que, si dans leur très grande majorité (87%), ils sont satisfaits de la mondialisation, ils sont de plus en plus nombreux (50%) à désirer que les pays auxquels ils vendent leur production exigent de leur propre gouvernement respect de l’environnement et de la législation sociale.

Comme d’habitude, la France est le pays dont la population rejette le plus la mondialisation (42%). Mais elle est suivie de près par les États-Unis (35%)...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...