06 juin 2007

G8, G20,G4, juin sera le mois G de l’année

Après Londres et New Delhi, Heilingendamm, où se tient le G8. Pour Lula, jamais un de ses voyages n’a été aussi important que celui-ci. La seconde visite en Inde avait pour objectif de renforcer les liens entre des pays en développement qui dans le passé ne regardaient que vers le centre, à savoir ce qu’on appelait l’Occident. L’Inde et le Brésil parleront d’une même voix en Allemagne face aux dirigeants des États-Unis, de l’Union Européenne et du Japon. Et sur un ton qui n’est plus celui de vassaux face à leurs seigneurs.

L’entêtement de Lula sur les trois questions stratégiques qui lui tiennent à coeur est désormais bien connu. Lula en remettra donc une couche sur la nécessité de créer un marché mondial de l’éthanol afin d’en faire une commodity, la baisse des subventions agricoles dans le cadre des négociations de l’OMC dites du round de Doha, et un mécanisme de compensation en faveur des pays en développement qui luttent contre la déforestation.

Lula sait bien qu’il n’obtiendra pas gain de cause sur tout. Mais il est convaincu que petit à petit ses idées font leur chemin.

Juin sera, nous dit-on, un mois décisif pour le déblocage du cycle de Doha. La semaine prochaine, menés par l’Inde et le Brésil, les pays du G20 se réuniront pour définir une position commune. Et dans la deuxième quinzaine, les ministres du G4 (États-Unis, Union Européenne, Inde et Brésil) se retrouveront pour tenter un ultime compromis.

Le G8 abordera toutes ces questions. Et bien d’autres, comme le bouclier anti-missiles étatsunien et le Kosovo, qui opposent la Russie aux États-Unis et à l’Europe. Des points de l’ordre du jour conflictuels qui pourraient bien prendre le dessus sur ce qui fait voyager Lula.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...