17 mars 2011

Centenaire de la parution d'un rapport révélant les atrocités commises sur les Indiens d'Amazonie

Le Pérou, ça peut paraître loin de Vitória, mais nous avons ici, dans la région d'Aracruz précisément, des Indiens qui luttent contre une multinationale et ses plantations géantes d'eucalyptus destinées à la production de cellulose.

C'est pourquoi il me semble d'autant plus utile de relayer le communiqué de presse suivant de Survival International.

"Selon le rapport du diplomate irlandais, Sir Roger Casement, publié il y a 100 ans aujourd'hui, des dizaines de milliers d'Indiens furent réduits à l'esclavage, torturés, séquestrés, tués durant les quelques décennies que dura l'exploitation forcenée du caoutchouc amazonien.

Casement avait été envoyé par le gouvernement britannique pour enquêter sur les crimes commis par la compagnie de caoutchouc Peruvian Amazon Company basée à Londres. Il dénonça 'les crimes commis par les employés de la compagnie [qui] relevaient de la plus grande atrocité, incluant de constantes flagellations, des actes de torture et des meurtres'.

Les agents de la compagnie recrutaient les Indiens d'Amazonie occidentale pour récolter le caoutchouc destiné aux marchés européen et nord-américain. En l'espace de quelques décennies, de nombreuses tribus indiennes furent totalement exterminées.

L'histoire de cette terrible période est aujourd'hui presque oubliée, mais pour les descendants des survivants du boom du caoutchouc, la réalité de la disparition des ressources de la forêt est impossible à ignorer.

Les Indiens isolés qui apparaissent dans une vidéo diffusée le mois dernier sont vraisemblablement les descendants des survivants de cette période noire tandis que l'exploitation forcenée des ressources de la forêt continue de nos jours sur leurs propres territoires. Des bûcherons illégaux pénètrent de plus en plus profondément dans leurs forêts, attirés par la haute valeur commerciale des essences précieuses menacées qui s'y trouvent.

L'organisation conservationniste nord-américaine Upper Amazon Conservancy (UAC) a révélé il y a six mois la présence de campements illégaux de bûcherons dans des régions habitées par les Indiens isolés murunahua. Selon une récente déclaration du ministre de l'Environnement péruvien, le gouvernement contrôle près de 100% de l'exploitation forestière : 'Chaque mahogany (acajou rouge) qui est aujourd'hui abattu est géoréférencé et contrôlé'.

Chris Fagan, porte-parole de l'UAC a confié à Survival : 'La déclaration du ministre de l'Environnement est totalement erronée. Les mahogany continuent en majorité d'être illégalement abattus dans des régions protégées du Pérou ou dans des territoires indigènes, sans aucune conformité avec des plans de gestion appropriés'.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : 'Lorsqu'il y a des profits à tirer de l'Amazonie, que ce soit en la rasant ou en exploitant ses ressources, ce sont toujours les Indiens qui en pâtissent. C'est ce qui s'est passé il y a cent ans et cela continue aujourd'hui. Un siècle de mesures en faveur des droits de l'homme et de programmes de plus en plus élaborés destinés à sauver la forêt n'a presque rien changé. Et rien ne changera tant que les Indiens et leur terres ne seront pas placés au centre du débat. Ils ont prouvé à maintes reprises qu'ils étaient les meilleurs gardiens de leur propre terre'."
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...