09 août 2011

Quand le métro me mène à la théorie de l’algèbre linéaire

Dans un des leitmotivs mélancoliques dont il a le secret, le gouverneur de l’État de Bahia, Jaques Wagner, a annoncé que le métro de Salvador bénéficierait d’une extension de 34 km, permettant de relier l’aéroport au stade Fonte Nova, l’un des 12 stades retenus (pour l’instant) pour l’organisation de la Coupe du monde de football 2014.

Cette ligne doit, si j’ai bien compris, abouter une ligne existante longue de 6 km, mais toujours pas inaugurée, les travaux traînant en longueur depuis une dizaine d’années.

L’espace-temps brésilien constitue décidément un référentiel qui échappe encore à ma totale compréhension, ce qui m’encourage à donner des cours de mathématiques à mon neveu lancé dans d’intrépides études d’informatique. Peut-être découvrirai-je à la faveur de l’étude des concepts logiques et de l’algèbre linéaire la faille par laquelle tous mes repères se sont retrouvés sens dessus dessous en changeant d’hémisphère. À quoi j’ajouterai qu’il ne serait peut-être pas tout à fait neutre que l’une des deux hémisphères du cerveau fusse le siège des mathématiques et non, comme je l’avais longtemps cru, la bosse frontale qui nous apparenterait à certains de nos congénères de l’ordre des primates.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...