23 septembre 2011

Daumesnil

Ces cuisses molletonnées d'épais coton noir, je les ai reconnues tout de suite. Je ne les avais pourtant vues qu'une seule fois auparavant, c'était il y a un an ! Qu'ont-elles de plus que la perfection de leur évasement pour que je les reconnaisse aussi sûrement ? J'ai accéléré le pas, c'était bien elle, suffocante beauté extrême-orientale. Ses yeux sont si bridés qu'on dirait deux meurtrières discrètes dans le mur d'enceinte d'une forteresse. Et c'est bien contre une forteresse que mon regard bute chaque fois que je tente de la dévisager. Il ne faut pas se fier à la finesse des traits de son visage parfait, à la grâce du corps qu'on devine mince sous la fourrure synthétique du blouson, c'est bien d'une citadelle inviolable dont il s'agit.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...