10 septembre 2011

Et maintenant, le vin chinois

J’avais déjà lu quelque part que les Chinois produisaient du vin, mais je n’en savais guère plus. J’apprends aujourd’hui qu’un vin chinois, le Cabernet Dry Red, cuvée 2009, vient de battre des pinards français de la même catégorie et de décrocher le Decanter World Wine. C’est quoi ce Cabernet Dry Red ? Un assemblage de Cabernet Sauvignon, Merlot et Cabernet Gernicht. Les jurés l’ont trouvé « succulent, délicat, et avec des arômes de fruits mûrs, mais non charnus » et ont fait l’éloge de « sa persistance en bouche et de ses tanins consistants ».

Le créateur, le désormais fameux Demei Li, est passé par la France. Autrement dit, il y a appris son métier. Et, en bon disciple, il a mis en application les leçons apprises dans le Bordelais dans le nord de la Chine.

L’ambition de Demei Li ne serait pas de concurrencer les Grands Crus de Bordeaux. C’est lui qui le dit. Pour les prochaines années, je veux bien le croire. Mais dans un futur plus lointain, qu’en sera-t-il ? Y a-t-il un secteur économique dans lequel les Chinois n’ont pas l’intention d’investir ?

D’après Vinexpo, l’organisateur français du salon éponyme, le marché chinois sera en 2012 le 8ème mondial. Déjà. J’en profite pour rappeler que la consommation moyenne au Brésil est de 2 litres par bouche et par an. Et qu’elle n’a pas augmenté ces dix dernières années, en dépit de toutes les prévisions.

Je lève mon verre à mes amis chinois. Allez, santé !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...