02 décembre 2011

Relancer la croissance du Brésil par la consommation

Telle Madame Irma, Dame Dilma répète à l’envi qu’elle prévoit peu d’impact de la crise mondiale sur un Brésil de roc. Et, bien consciente que la dimension psychologique pourrait toutefois nuire à l’économie brésilienne, elle ne cesse d’inciter les populations à continuer de consommer comme des petits fous à l’approche de Noël.

Oui, mais voilà, dans le secret de ses cogitations, elle n’est, comme les copains du premier monde, sûre de rien. Car certains des indicateurs de son tableau de bord commencent à clignoter en rouge. C’est pourquoi une série de mesures, susceptibles de relancer la croissance, notamment par la consommation, a été annoncée par son ministre des Finances, Guido Mantega.

En premier lieu, vient donc la réduction de l’impôt sur les produits industrialisés (IPI) pour les produits blancs (frigos, machines à laver, gazinières, etc.). Les pâtes coûteront moins cher, les impôts PIS/COFINS étant annulés, comme pour le pain et la farine de blé, autres produits basiques. Le programme d’accession à la propriété (Minha Casa, Minha Vida) n’est pas en reste : le plafond du financement à 1% d’imposition a été revu à la hausse, passant à 85.000 reais (soit environ 35.000 euros).

Même si Dame Dilma fait la part belle à la ménagère, dont elle se sent peut-être encore proche — on peut toujours rêver ! —, elle n’oublie toutefois pas la bagnole, ustensile il est vrai unisexe, bien plus, hélas, que la cuisine, en abaissant la taxe sur les opérations financières (IOF) qui s’applique à son financement (désormais 2,5% par annuité).

Cela ne serait complet, par les temps qui courent, sans un petit cadeau aux investisseurs et spéculateurs étrangers qui voudraient jouer à la Bourse de São Paulo. Ils payaient une taxe de 2% (actions) ou 6% (titres privés de plus de 4 ans), elle est désormais supprimée.

À part ça, l’économie brésilienne se porte comme un charme, Dame Dilma nous prie d’en être convaincu.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...