04 février 2012

Délices du cerrado

Araticum, buriti, guavira, jatobá, mangaba, mutamba, murici, taperebá, umbu, telles sont quelques unes des saveurs exotiques, pour nous Capixabas, que nous offre le glacier Delícias do Cerrado. Araticum, buriti, guavira, jatobá, mangaba, mutamba, murici, taperebá, umbu, comme une comptine, comme cette comptine de mon enfance : « Orléans, Beaugency, Notre-Dame de Cléry, Vendôme, Vendôme ! ». La comptine de mon enfance évoquait des lieux qui, bien qu'à seulement quelques centaines de kilomètres, paraissaient d'une autre planète, une planète harmonieuse, une planète dédiée à la musique la plus simple et, par conséquent, la plus belle qui fut.

Araticum, buriti, guavira, jatobá, mangaba, mutamba, murici, taperebá, umbu résonnent en moi, eux aussi, comme la musique d'une autre planète, peuplée d'arbres fruitiers étranges jamais vus sur la terre de mon Brésil ordinaire. De tous ces noms, un seul m'est familier, le buriti, par la grâce du roman de João Guimaraes Rosa, Grande Sertão : Veredas, où en suivant Riobaldo et Diadorim il m'arrivait de faire une pause à l'ombre d'un bouquet de palmiers buriti dans le sertão.

Ce soir, j'ai dans la bouche le goût du fruit du buriti, fruit couleur caca d'oie et divinement délicieux, exotiquement délicieux. Si je n'avais pas été condamné à manger des glaces pendant deux jours, sans doute n'aurais-je jamais connu le goût du buriti, sans doute serais-je mort sans avoir vraiment désiré me reposer quelque jour à l'ombre d'un bouquet de palmiers buriti. Sans compter qu'il me reste à vivre le goût de l'araticum, de la guavira, du jatobá, de la mangaba (pas vraiment du cerrado, mais plutôt du Nordeste), de la mutamba, du murici, du taperebá, de l'umbu.

Pour ceux qui ne seraient pas tentés par ces saveurs d'une autre planète, Delícias do Cerrado offre d'autres exotismes : le leite condensado qui, comme on sait, pousse en Suisse romande du côté de Vevey ; l'abacaxi francês (ananas français) qui ne laisse pas de m'intriguer ; ou encore le romeu e julieta (composition mariant le fromage et la pâte de goyave) qui étonne chez un glacier...

Pour les lecteurs qui passeraient à Vitória et qui n'auraient pas la chance de se perdre dans le cerrado, Delícias do Cerrado se trouve rue Joaquim Lirio (Praia do Canto), presque en face du Café do Canto. Le picolé (bâtonnet de glace à l'eau) y vaut 2,50 reais, soit un peu plus d'un euro.

Vaqueiro peint par Chaudanne

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...