09 avril 2006

Sélection

« Quelle que soit la gravité des accusations portées contre un puissant, celui-ci est assuré de ne pas croupir en prison. Il n’est nul ici qu’on ne saurait acheter. » Ce jugement cinglant n’est pas extrait d’un éditorial de la presse brésilienne, commentant les déboires de quelque député ou sénateur, gouverneur ou ministre. Il est de la plume de Charles Darwin et date du séjour fait au Brésil lors de son voyage autour du monde entre 1831 et 1836, périple qui allait lui inspirer sa théorie de la sélection naturelle.

La théorie pouvant se résumer à la préservation des caractères favorables à une espèce et l’élimination de ceux qui lui sont défavorables, nous devons convenir que s’appliquant à la gente politique, il ne semble pas de son intérêt vital de favoriser ses individus les plus soucieux d’éthique.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...