14 avril 2006

Vers une norme nippo-brésilienne de télévision numérique ?

Cela fait quelques années que le Brésil, comme d’autres pays, hésite entre les trois normes de télévision numérique en compétition. Cela ne vous rappelle rien ? La téléphonie mobile, bien sûr. On retrouve d’ailleurs les mêmes acteurs : les États-Unis, le Japon et l’Union Européenne.

Cette semaine, un pas décisif a été franchi lorsque Celso Amorim a signé avec son homologue japonais Taro Aso un memorandum, probable prélude à l’annonce officielle et définitive par Lula, élargissant la norme ISDB-T à une adaptation brésilienne.

Derrière ce choix technique, se profilent deux choix politiques. La technologie japonaise étant réputée moins favorable à l’entrée de nouveaux acteurs, et notamment les opérateurs de télécommunication, dans le paysage audiovisuel brésilien, c’est un coup de pouce donné aux réseaux en place, et en premier lieu Globo. En cette année électorale, il n’est pas interdit d’imaginer les termes de l’échange entre les propriétaires de réseaux comme Globo et la Présidence de la République...

Le deuxième avantage est moins tactique que stratégique. C’est le pari d’imposer à l’ensemble du continent sud-américain une norme désormais qualifiée de nippo-brésilienne, au motif que les configurations urbaines et rurales sont peu ou prou les mêmes de la Terre de Feu à l’isthme centro-américain.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...