26 août 2006

Coup de balai

Le Département intersyndical des conseillers parlementaires (DIAP), le consultant Arko Advice ou encore le politologue David Fleischer sont d’accord sur un point : près des deux tiers des parlementaires actuels perdront leur siège lors des élections d’octobre. Raison de cette défiance : la succession de scandales ayant fait émerger à la conscience ce que l’inconscient du commun des électeurs refoulait depuis longtemps.

Selon les analystes, le PT devrait être le parti qui paiera le prix le plus élevé du coup de balai annoncé. De 81 députés, ce qui était déjà très peu pour un parti présidentiel, le groupe pourrait être réduit à 45.

À l’inverse, le PMDB, qui n’a pas de candidat à la présidence, devrait être le grand gagnant et pourrait passer de 82 sièges à 110.

Quant au PSDB, le parti de Geraldo Alckmin, rival le plus sérieux de Lula, il devrait être l’autre poids lourd de la Chambre, dans une fourchette comprise entre 65 et 80.

En additionnant les forces de ces trois partis, on est cependant loin de garnir les bancs. Une dizaine, voire une douzaine de partis devraient être représentés. Cet émiettement, ajouté à la division du PMDB, laisse augurer reniements, trahisons et meurtres symboliques, ces ingrédients qui font les délices des commentateurs politiques et qui ont fait la sauce du mensalão...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...