23 août 2006

Maloqueiro

Grâce soit rendue à Heloísa Helena, sans qui la campagne électorale serait d’une infinie monotonie. Grâce lui soit aussi rendue pour me faire découvrir de nouveaux mots. Aujourd’hui : maloqueiro. C’est que, selon H.H., la politique économique du gouvernement Lula est aux mains de maloqueiros et de saboteurs, qui empêchent le Brésil de croître de plus de 3,5 % par an. Avant d’ajouter, qu’avec elle au Planalto, la croissance serait au moins du double.

Toute brésilienne et diplômée en lettres modernes qu’elle soit, mon épouse ne m’a pas été d’un grand secours, sinon celui de me tendre le pesant volume de notre Aurélio. D’abord l’étymologie. Maloqueiro s’est formé à partir de maloca, mot d’origine araucano, l’araucano étant, comme chacun sait, une langue aborigène du Chili. Notre dictionnaire recensant neuf sens donnés à maloca, allant de « habitation indienne » à « bande de bandits de grand chemin » en passant par « banc de poisson », nous sommes passés directement à maloqueiro.

Trois acceptions s’offrent à nous. La première a pour origine l’Alagoas, justement l’État de notre candidate. Voilà qui met l’eau à la bouche ! À Maceió, les maloqueiros sont de ces chenapans aux pieds nus qui, en bandes, alternent mendicité et petits larcins et vont, parfois, jusqu’à se cacher la nuit dans des trous faits dans le sable des plages. Imaginer Guido Mantega et Luiz Fernando Furlan creusant à mains nues le sable pour s’y mettre à l’abri, c’est amusant, cela les rendrait presque sympathiques ! La deuxième entrée, dans notre cher Aurélio, vient aussi d’Alagoas. Décidément ! Maloqueiro y désigne simplement un individu dégueunillé et mal éduqué. Mal vêtus et mal polis, Mantega et Furlan ? Reste la troisième possibilité, tout droit venue du Rio Grande do Sul, celle, déjà vue à maloca, de bandit de grand chemin.

Synthèse faite, une synthèse plus facile que celle des socialistes français en congrès, il apparaît que maloqueiro n’est guère plus méchant que le picolé de chuchu et le rei das aboborinhas par lesquels Heloísa Helena désigne Alckmin et Lula. C’est son registre, gentiment moqueur, même si la voix monte très haut dans les aigus.

Le dernier sondage Datafolha donne H.H. à 11 %. Monterait-elle si elle se faisait plus mordante ?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...