27 octobre 2006

À deux jours du second tour

Trois sondages ont été publiés ce matin qui donnent à Lula un avantage compris entre 22 et 24 points. À en croire l’institut Ibope, les indécis ne seraient qu’environ 12% des électeurs ; ils ne devraient donc pas faire basculer le sort de l’élection après l’ultime débat, qui opposera ce soir les deux prétendants sur Globo.

À vrai dire, les questions qui restent en suspens sont plutôt liées aux suites. Sur quelle majorité et quel dispositif Lula va-t-il s’appuyer pour gouverner ?

Lula devrait bénéficier d’un plus grand nombre de gouverneurs alliés qu’en 2002. Dans le Nordeste, les trois États clés devraient revenir au PT et ses alliés. Jaques Wagner (PT - Bahia) et Cid Gomes (PSB - Ceará) sont déjà élus, Eduardo Campos (PSB - Pernambuco) devrait l’être dimanche. Il y a quatre ans, ces trois États leur avaient échappé.

Au total, le PMDB devrait gagner au minimum sept États, le PSDB cinq, le PT quatre. Et le PFL un ou deux, étant entendu que Roseana Sarney est menacée d’expulsion pour avoir choisi d’appuyer Lula.

En Espírito Santo — puisque ce blog est capixaba ! —, Paulo Hartung (PMDB) sera, comme par le passé et comme d’autres gouverneurs affichant la même étiquette, un allié de fait de Lula.

Reste la Chambre des députés. Avec moins de 20% des sièges, le PT est condamné aux larges alliances. Un mensalão bis est à écarter, du moins sous la forme qu’il a pris lors de la précédente législature. Mais en terme d’arrangements, l’imagination des politiciens brésiliens est sans limites ! Sur ce point, au moins, nous pouvons leur faire confiance.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...