20 novembre 2006

BRIC : cherchez l'intrus

Les journalistes, les experts, les blogueurs ont pris coutume de désigner par BRIC le groupe formé par le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine. De grandes nations par leur taille et leur population, en voie de développement rapide.

Souvent la presse brésilienne ironise sur l’appartenance de son pays à ce club censé faire des envieux. Car avec un taux de croissance moyen de 2,6% pendant le premier mandat de Lula et de 2,3% sous l’ère FHC, le Brésil est loin des performances de la Chine.

Un Français ayant vécu et travaillé 4 ans en Chine séjourne chez nous depuis quelques jours. Je lui ai demandé comment il expliquait un tel écart de dynamisme. Ses propos m’ont rappelé ce que j’avais entendu de la bouche de jeunes Chinois, futurs cadres, que j’avais accompagnés il y a quelques années.

Les Chinois partagent une ambition collective : faire de leur pays la première puissance mondiale le plus vite possible. Cette volonté est fortement marquée d’un goût de revanche. Il s’agit pour l’Empire du Milieu de retrouver le rang qu’il n’aurait jamais dû perdre !

Au Brésil, au contraire, personne ou presque ne se soucie d’atteindre un objectif similaire. Chacun souhaite s’en sortir, se dar bem, comme on dit ici. Pour flatter l’orgueil national, l’ufanismo et le football suffisent.

Cette différence d’ordre psychologique n’explique pas tout. Toutefois, elle peut être — je le pense — déterminante.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...