22 novembre 2006

Mouvements

Pour la première fois de son histoire, le Brésil aura investi plus à l’extérieur qu’il n’aura reçu d’investissements en provenance de l’étranger. De janvier à octobre, les entreprises brésiliennes ont engagé 22,8 milliards de dollars dans l’acquisition d’entreprises étrangères et des créations de filiales, alors que l’investissement étranger direct sur le sol brésilien se limite à 13,6 milliards de dollars.

C’est à la fois la confirmation de l’apparition de multinationales d’origine brésilienne et le signe d’une faible attractivité du Brésil par rapport à ses concurrents eurasiens.

Toutefois, le solde négatif est à nuancer. Sur les 22,8 milliards de dollars investis par des entreprises brésiliennes à l’extérieur, 13,2 correspondent à la prise de contrôle du canadien Inco par la CVRD.

Le real fort facilite évidemment les emplettes brésiliennes en Amérique du Nord ou en Europe. Tandis qu’il pèse contre les investissements au Brésil, face à un yuan notoirement sous-évalué.

Selon la fondation Dom Cabral, qui prend en compte la valeur des actifs et le nombre d’employés, le top 4 des entreprises brésiliennes les plus internationalisées est le suivant : Gerdau (qui a acheté cette année 3 sidérurgiques aux USA), Norberto Odebrecht, CVRD et Petrobras.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...