14 décembre 2006

Les super-salaires de l'Espírito Santo

La polémique nationale qui s’est abattue sur les sur-salaires du pouvoir législatif — des salaires qui, sans être illégaux, dépassent le plafond fixé par la loi (!) — ne pouvait faire autrement que rebondir, à sa façon, en Espírito Santo. Nous savons donc désormais, grâce à la gazette locale, que ce sont 817 fonctionnaires et élus capixabas qui reçoivent un salaire supérieur à celui du gouverneur, Paulo Hartung. Ce qui, il faut en convenir, est une légère déviation du sujet. Une déviation peut-être due à la forte attraction qu’excerce ce cher Paulo — à prendre uniquement dans son sens affectueux, le lecteur comprendra dans la suite — sur tout ce qui gravite autour de lui, tout cela étant dit sans ironie, comme il est d’usage au Brésil.

Paulo Hartung, j’y viens donc, reçoit le modeste salaire — encore une fois sans ironie aucune — de 11.250 R$ (environ 3.960 euros), un salaire qui passera le 1er janvier à 12.168 R$ (environ 4.280 euros), soit une légère augmentation d’à grand peine plus de 8%, une augmentation ridicule si on la compare à celle que souhaitent s’auto-appliquer les députés et sénateurs fédéraux, d’environ 90%.

La réputation d’inégalité des revenus au Brésil n’est plus à faire. Les sur-salaires en sont un exemple. S’agissant de la fonction publique, voici quelques repères (salaires mensuels en début de carrière) du haut vers le bas :

  • 17.689 R$ (environ 6.230 euros) : juge et procureur
  • 1.560 R$ (environ (environ 550 euros) : médecin travaillant pour l’Institut estadual de la santé publique, pour 20 heures de travail hebdomadaire
  • 1.200 R$ (environ 420 euros) : gendarme estadual, pour 54 heures de travail hebdomadaire
  • - 622,55 R$ (environ 220 euros) : enseignant du collège ou du lycée à Vitória, pour 25h par semaine.

Je rappelle que l’éducation est une des priorités des gouvernements estadual et fédéral...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...