07 janvier 2007

Bourse délier

C’est toujours avec un certain soulagement que je reçois les bonnes nouvelles de la Bourse, les classements des magazines Fortune et Forbes, les comptes rendus des soirées de la bonne société carioca, toutes choses belles et bonnes à voir et entendre, qui me convainquent facilement qu’il y a aussi des gens heureux sur cette planète.

La Bourse, donc. Celle de São Paulo a connu une excellente année en 2006, en affichant une croissance de 32,9% qui a porté l’indice IBOVESPA à 44.526 points, soit son plus haut historique. Comme dirait Lula, jamais dans l’Histoire de ce pays, la Bourse ne s’est aussi bien portée. Plus modestement, je dirais, sous forme de lapalissade, que la Bourse de São Paulo a justifié sa raison d’être, qui est celle de battre des records ou, pour le dire autrement, de brasser toujours plus de fric.

Quelques chiffres : le volume quotidien des échanges a établi un nouveau record à 11,1 milliards de dollars, le volume annuel approchant les 600 milliards de dollars, soit une hausse de 49,3% par rapport à 2005.

São Paulo reste cependant loin de la Bourse la plus performante : celle d’un pays d’Amérique Latine dont le président ne cesse de vanter les vertus du socialisme tropical et dont Patrick nous livre ici la performance.

-----------

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Petrobras, le géant brésilien du secteur de l’énergie (pétrole, gaz et canne à sucre) a vu sa capitalisation franchir pour la première fois la barre des 100 milliards de dollars. Bienvenue au Club !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...