09 février 2007

Bouche bée

Dans l’esprit de la plupart des Français comme des Chinois, des Tunisiens comme des Israéliens, Carnaval et Brésil sont indissociables, au point qu’ils imaginent difficilement des Brésiliens rétifs à l’événement.

Une enquête montre pourtant que 65% des habitants de l’agglomération de Vitória n’aiment pas le Carnaval, qu’ils disent synonyme de violence et de vacarme. Que font-ils, ceux-là, pour échapper à la folie ? Ils s’enferment chez eux, voyagent loin des villes, vont à l’église ou font une retraite spirituelle.

Interviewée par une journaliste du quotidien A Gazeta, Astrid Groenbaek, une lycéenne danoise qui séjourne à Vitória dans le cadre d’un échange scolaire, livre ses impressions après avoir participé à une répétition de Mocidade Unida da Glória (MUG) : « Quand les percussions ont commencé à jouer, je suis restée bouche bée. J’ai senti les battements à l’intérieur de mon corps. Cela a été une émotion très forte. »

Malgré l’habitude de ces ensaios, je suis comme Astrid chaque fois remué de l’intérieur. Ce soir, aura lieu le premier défilé, celui des écoles du deuxième groupe, qui aspirent à rejoindre l’élite l’an prochain.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...