01 mars 2007

S’en tamponner le coquillard

Il y a quelques jours, Patrick moquait gentiment, sur son blog, ces Parisiens qui voulaient savoir ce que les étrangers de l’étranger pensaient de la campagne électorale française.

Avec un peu de retard, je m’aperçois aujourd’hui que la Folha de São Paulo, de dimanche dernier, a consacré quelques colonnes à Ségolène Royal. Il faut dire, pour excuser mon manque d’attention, que l’article se niche en page 18 du cahier A...

Pour ce qui est de savoir ce que pensent les Brésiliens, du moins ceux d’entre eux qui s’intéresseraient à la course à l’Élysée, il faudra repasser. Le papier est la traduction d’un article paru dans le Wall Street Journal et signé de la plume de Bernard-Henri Lévy !

Puisque j’en parle, enfonçons le clou. BHL et Ségolène ont donc dîné en tête à tête dans le restaurant d’un palace parisien. S’il est un philosophe de pacotille et la créature markétée il y a bien longtemps par Françoise Verny, BHL n’est pas forcément un mauvais écrivain. Une fois le journal replié, je me suis dit que je n’avais rien appris des personnages mais que j’avais eu du plaisir à m’inviter à leur table. Ce qui, compte tenu du lieu de ma lecture, m’a rempli d’aise.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...