31 juillet 2007

Des gens sympathiques

Lorsque j’arrive au quilo, je trouve mon épouse en grande conversation avec Ricardo et Renata. Surtout Ricardo. Mon arrivée ne changera donc pas grand chose, je n’ai guère le goût de la conversation lorsque nous sommes plus de deux autour d’une table.

Ils forment un drôle de couple. Ricardo est un grand costaud, Renata est une jeune femme frêle et petite. Ricardo parle, Renata écoute. Ricardo éclate de rire, Renata sourit. Ricardo exagère, Renata sourit encore. Ricardo et Renata sont complémentaires. Ricardo et Renata sont sympathiques.

L’un et l’autre sont d’accord, au moins sur un point : la situation au Brésil ne s’améliore pas. C’est même le sujet de conversation favori de Ricardo, cela tient presque de l’obsession. Ce pourrait être chiant à la longue, mais Ricardo n’est jamais en manque d’anecdotes pour illustrer ses propos. Et termine toujours par un grand éclat de rire.

Ce dont nous parle Ricardo, ce sont de petits faits et gestes de petites gens de son entourage. Des petites gens qui gagnent à peine plus qu’un salaire minimum (environ 150 euros), qui roulent en Mercedes ou qui emmènent toute la famille en vacances en Norvège. Des petites gens qui passent des arrangements avec d’autres petites gens qui se prennent pour des grands.

Ricardo et Renata sont des déçus du lulisme. Mais ne se font pas d’illusions sur les opposants ou ce qu’il en reste. Selon eux, celui qui a parlé le mieux de Lula, c’est Júlio Redecker, député du Rio Grande do Sul, mort dans l’accident d’avion de la TAM, il y aura bientôt deux semaines.

« Nommez Lula à la tête d’une usine, ironise Júlio Redecker, il sera copain avec tous ses collaborateurs, mais les actionnaires finiront par perdre leur argent et les employés se retrouveront au chômage. »

Sur la vidéo, ci-dessous, Júlio Redecker parle aussi de la crise aérienne. Il n’imaginait pas en payer le prix fort.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...