25 juillet 2007

Pantalonnades

Ce midi, au moment d’avaler ma première bouchée de moqueca de sururu, on m’interpelle:
— Tu sais pas la meilleure ?
— Euh, non...
— Le toit de l’aéroport de Campinas s’est effondré !

Campinas, à cent bornes de São Paulo, devait récupérer une partie du trafic que Congonhas est censé ne plus assurer.

Vérification faite en consultant le site de la Folha, c’est un morceau de faux plafond d’environ 1m² qui s’est effondré, sous l’effet d’une infiltration d’eaux de pluie. Regagner la confiance des Brésiliens ne sera pas facile !

En revanche, ce qu’ignorait mon informateur, c’est qu’un Boeing des Forces armées qui transportait ce matin des étudiants a vu le revêtement d’une de ses turbines se détacher et tomber alors qu’il survolait l’Acre. Coupons court aux rumeurs les plus folles, l’avion a fait demi-tour est s’est posé sans autre incident.

Comme annoncé, le ministre de la Défense, Waldir Pires a fini par démissionner. La difficulté était de lui trouver un successeur. Ce sera Nelson Jobim qui n’a pas résisté au troisième assaut de la force de persuasion présidentielle. En y allant à reculons, Jobim la joue finement. S’il échoue, l’ancien ministre de la Justice de FHC pourra toujours dire qu’il avait prévenu Lula des limites de ses compétences.

Fort heureusement, pour ne pas douter tout à fait de l’espèce humaine, pareilles pantalonnades n’existent pas de l’autre côté de l’Atlantique. Associé à son couillu de mari, la Sarkozy — à ne pas confondre avec la Cecilia, qui est le titre d’un beau film sur une communauté libertaire installée au Brésil — donne au monde l’image d’une France conquérante. Et forcément bandante.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...