09 octobre 2007

Ni pute, ni soumise

Les langues se délient. J’ai évoqué ici le débat BHL vs Guaino. Dans la même tonalité, voici que se présente maintenant Fadela Amara. « Je trouve ça dégueulasse ! » n’a pas hésité à dire la secrétaire d’État, à propos des tests ADN préalables au regroupement familial des immigrés, votés par l’Assemblée législative.

Les députés, et au premier rang d’entre eux les UMP, ont apprécié. Selon Le Monde, Jean-François Copé, a déclaré que les membres de la majorité étaient favorables à ce que "l'on puisse se dire les choses", mais "de manière cool", manière de dire poliment qu’elle aurait mieux fait de fermer sa gueule.

Cette manière cool, c’est justement l’expression de ce consensus mou avec lequel il devient urgent de rompre. La manière de parler de Fadela, comment faut-il l’appeler ? Le parler vrai. Décidément et bien qu’à son corps défendant, Sa Suffisance est en train de faire bouger les lignes. Mais jusqu’où Sarkozy, qui dans son miroir se voit volontiers en despote éclairé lorsqu’il se rase le matin, est-il prêt à aller pour se maintenir seul au-dessus de la mêlée ?

Quoi qu’il en soit, nul ne pourra dire que Fadela avait caché son jeu. Ni pute, ni soumise, hier. Ni pute, ni soumise, aujourd’hui.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...