26 février 2008

Délicatesse et raffinement

« Cai fora, seu imbecil » a fait le tour des télévisions brésiliennes. De quoi s’interroger sur la traduction de « Casse toi, pauvre con ».

Je ne m’attarderai pas sur « Cai fora » pour « Casse toi », l’expression brésilienne intimant clairement l’ordre de s’éloigner. Ce qui m’occupe ici est plutôt l’incapacité, semble-t-il, à rendre justice au génie de la langue française, dont l’un des fleurons se trouve contenu dans l’expression « pauvre con ». Car il y a loin de « seu imbecil » au trait de mépris sexuellement connoté, rendu par « pauvre con ». Sans compter qu’un con n’est pas forcément un imbécile et réciproquement.

Ne voyant pas quelle meilleure traduction donner en brésilien, j’ouvre ici la boîte à idées, ne désespérant pas d’y trouver une suggestion à la hauteur de l’un des mots français polysémiques les plus originaux. Y a-t-il d’ailleurs une autre langue qui a porté sur ses fonts baptismaux pareille trouvaille ?

Si, en anglais, on pense assez naturellement à « asshole », qui a le mérite de rapporter à une cavité possiblement marquée au coin du sexe, force est de regretter que non seulement il implique un déplacement d’ordre anatomique qui manque à stigmatiser la femme en l’homme, mais qu'il est aussi dépourvu de la molle concision qui tient de l’oxymore phonétique, qu’offre le son un peu rond d’un mot un peu sec.

Je remercierais presque Sarkozy d’avoir braqué des millions de regards sur le con qui sommeille en chacun de nous, garçons — nul ne peut en effet prétendre avoir échappé à cette insulte, parfois même jetée à soi-même dans le secret du for intérieur —, si cela n’avait collatéralement révélé aux Brésiliens, comme à tant d’autres, le côté obscur de la force de séduction française dont l’essence prétend s’incarner dans la délicatesse et le raffinement.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...