26 avril 2008

Pêcheurs pépères

pêcheur
Donc, Ilha das Caeiras est depuis longtemps peuplé de pêcheurs. Pourtant, à l’origine, si du moins on fait remonter les origines aux premiers colons portugais, la pêche n’était pas l’activité principale du lieu. Caeiras signifie en effet que des fours à chaux y étaient édifiés, caeiras nous rappelle qu’au Portugal les murs étaient enduits à la chaux tous les ans, comme aujourd’hui encore ceux du Convento da Penha, sur l’autre rive, sur le continent.

La pêche serait venue plus tard, comme une activité annexe. Pas la pêche au long cours ou la pêche au gros, qui condamne à défier les vagues de l’océan, mais une pêche pépère, une activité complémentaire, comme le jardinage pour les ouvriers des banlieues françaises, par exemple. Une pêche en eaux calmes, dans le bras de mer où se cachent plusieurs dizaines d’espèces comestibles, ou, un peu plus loin, dans la mangrove où il suffit d’enfoncer les bras dans la vase pour remonter les crabes.

Et, dans notre historiette, ce sont eux, les crabes, qui font le lien avec les femmes des pêcheurs, ces femmes admirables qui plongent leurs bras dans les paniers où s’agitent les pinces. Ce à quoi nous nous attacherons, un tant soit peu.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...