05 décembre 2008

Naissances : ce n’est pas encore la crise, mais...

Est-ce la qualité du sperme qui est en cause ou une meilleure maîtrise de la gestion sexuelle des ménages, toujours est-il que le nombre des naissances diminue au Brésil : 2.750.836 en 2007 contre 2.800.000 en 2006 et 2.874.704 en 2005, des chiffres qui ne prennent pas en compte, par définition, les naissances non déclarées dans les cartórios. Environ 12% des naissances ne seraient pas déclarées, un pourcentage lui-même en diminution.

Comme pour la plupart des indicateurs brésiliens, les différences régionales sont, euh, prononcées. Si dans les États du sud, les naissances non déclarées ne représenteraient qu’environ 1,4%, elles seraient près de 22% dans le Nordeste.

C’est le Sudeste (Espírito Santo, Minas Gerais, Rio de Janeiro et São Paulo) qui en 2007 a enregistré le plus de naissances (1.104.870), suivi du Nordeste (819.901), du Sul (357.330), du Norte (259.388) et du Centro-Oeste (209.240).

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a aussi de moins en moins de bébés (la plupart non désirés) de mères de moins de 19 ans : 531.299 tout de même en 2007 contre 551.093 en 2006.

L’air de rien, avec des articulets comme celui-ci, je vous fais réviser votre géographie. Vous ne pouvez plus ne pas savoir que le Brésil se divise en 5 régions administratives.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...