09 avril 2010

Oi Fernanda

Oi Fernanda
Il pleut sans cesse sur Rio ces jours-ci
Et tu ne sais où aller
Désespérée oubliée ruisselante
Sous la pluie
Oi Fernanda
Il pleut sans cesse sur Rio
Et je t'ai vue sur les écrans de télé
Tu pleurais
Et moi je me demandais
Oi Fernanda
Toi que je ne connais pas
Toi qui ne me connais pas
Tu n’oublieras pas
Que l’on t’aura oubliée
A peine les caméras retournées
Vers les studios de la Globo
Oi Fernanda
Déjà tu ne savais où aller sous la pluie
Désespérée oubliée ruisselante
Et tu t'es jetée dans le vide
Jamais tu ne l’oublieras Fernanda
Et ne m'en veux pas si je te tutoie
Même si je ne fais rien pour te venir en aide
Je dis tu à tous ceux qui m’émeuvent
Même si je ne les connais pas
Oi Fernanda
N'oublie pas
Cette pluie lourde et malheureuse
Sur ton visage malheureux
Sur cette ville malheureuse
Cette pluie sur la mer
Sur le Christ rédempteur
Sur le musée d’Oscar Niemeyer
Oi Fernanda
Quelle connerie la misère
Que deviendras-tu demain
Sous cette pluie de mort
De boue d'ordure de larmes ?
Et celui qui cette dernière nuit te serrait encore
Dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant ?
Oi Fernanda
Il pleut sans cesse sur Rio
Comme il pleuvait avant
Mais ce n'est plus pareil et tout est abimé
C'est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n'est même plus l'orage
De boue d'ordure de larmes
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l'eau sur Rio
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin du morro
Dont il ne reste rien.

Sur une petite musique empruntée à Monsieur Jacques Prévert...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...