18 décembre 2012

Fin du monde ? Oui, à Vitória.

Si partout dans le monde on se moque gentiment du 21 décembre, dernier jour d'un cycle du calendrier maya, l'ambiance est bien différente dans l'agglomération de Vitória, capitale, comme chacun sait, de l'Espírito Santo, au Brésil.

C'est que depuis quelques jours les signes d'une catastrophe de grande ampleur se multiplient. Des opérateurs de réseaux haut débit, de télévision et de téléphone ont, selon les quartiers, soit cessé de fournir leurs services, soit altéré bien étrangement leurs menus. Ainsi, reçois-je désormais HiSpan TV en lieu et place de TV5 Monde. Étonné d'assister à une novela iranienne, j'ai fini par découvrir que cette chaîne en langue espagnole était diffusée depuis Téhéran, ce qui laisse penser que de drôles de règlements de compte ont actuellement cours dans un au-delà médiatique qui échappe à notre regard de pauvre pécheur. Après le pouvoir de la parole, c'est le pouvoir de l'argent qui subit aussi les conséquences de ces perturbations. Il est devenu impossible pour les gringos désireux de retirer de l'argent dans les distributeurs de billets capixabas de mener à bien leurs opérations, sans doute obscures, de change. En effet, les liaisons avec les banques ultramarines ne fonctionnent plus depuis vendredi dernier. Que dire des colis qui arrivent incomplets et des journaux auxquels nous sommes abonnés qui disparaissent en chemin ?

Je n'ose imaginer ce qui va se produire demain. Et, moins encore, ce qui nous attend le jour J. Malgré tout, restant indéfectiblement optimiste, je veux croire que le 22 commencera un nouveau cycle du calendrier maya et qu'à partir de là la qualité des services offerts en Espírito Santo s'améliorera sensiblement, au point que nos téléphones fonctionneront 24 heures sur 24, que nos accès à Internet ne subiront plus de coupures, que non seulement la télévision viendra à fonctionner de nouveau mais qu'elle nous proposera pour la première fois des programmes décents, que les matches de football seront remplacés par des dégustations de fromage et de vin, que l'on ne tuera plus pour un oui ou pour un non. Et que les politiciens brésiliens, ainsi que les autres, travailleront exclusivement pour le bien commun. Amen !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...